« L’Apparition », un film à voir

L'apparition, AfficheSur un plateau de télévision, Vincent Lindon, le visage ravagé de tics, la parole hésitante, le regard interrogatif même devant une question qui lui est posée, venu faire la promotion de son dernier film à son corps défendant, curieusement, c’est toujours vendeur.

Et la promotion pour son film, « L’Apparition », cette fois encore, a été suffisamment intrigante pour donner envie de fréquenter les salles obscures.

L’histoire est celle de Jacques Mayano, un reporter fracassé par les horreurs de la guerre dans le Moyen Orient et par la mort violente de son ami, photographe, avec lequel il effectuait ses reportages. Jacques, à qui le Vatican demande d’enquêter sur les supposées apparitions de la vierge dans le Sud de la France à une jeune novice, Anna. Un Jacques a priori très loin de toutes questions religieuses.

Et tout au long de l'intrigue, on est incité à mettre nos pas dans ceux de Jacques, tour à tour sceptique, intrigué, ému par cette jeune fille au visage d’ange habité par la grâce avec laquelle il noue peu à peu une relation de confiance. Et puis, son esprit cartésien va reprendre le dessus avec la recherche d’explications plus rationnelles avec un suspense maintenu jusqu’aux dernières minutes.

Dans cette histoire, chacun a besoin de l’autre, Jacques d’Anna pour redonner un sens à sa vie, Anna de Jacques avec qui elle pressent qu’elle va pouvoir partager son histoire mais aussi les personnages secondaires comme le prêtre de la paroisse pour revivifier sa foi ou le prêtre aux relents évangélistes pour agiter ses fidèles de par le monde et enfin, Meriem, l’amie d’Anna, partie au loin. Aucun protagoniste n’est jugé…

Le thème peut faire peur aux personnes peu enclines aux questions de religion ou de spiritualité. Et pourtant, ce film peut se voir aussi plus basiquement,  comme une enquête policière.

Belle musique aussi !

Quoiqu’on y vienne chercher, on sort remué par ce film ! Et sans la certitude de connaître toutes les réponses mais comme le dit la psychiatre de la commission d’enquête: « La foi est un choix libre et éclairé. Avec une preuve, il n’y aurait plus de mystère » 

A voir donc !