Des concerts au Collège des Bernardins à découvrir en novembre 2017

BERNARDINSQuand on aime un artiste, on est à l’affût de toutes les manifestations qui se déroulent à Paris. Le compositeur américain, Philip Glass, on l’avait découvert avec le prodigieux opéra « Einstein on the Beach » composé en 1974. Puis on avait entendu plusieurs fois  aux Folles journées de Nantes Bruce Brubaker, l’interprète américain spécialiste de ses partitions de piano

Mais ses œuvres  pour quatuor à cordes nous étaient  inconnues.

Alors, aujourd’hui, on va au Collège des Bernardins pour en entendre une dans le cadre de deux weekends consacrés à la juxtaposition improbable de quatuors de deux compositeurs  aussi éloignés pour des profanes que Philip Glass… et Franz Schubert ! Si ce n’est qu’ils sont nés tous deux le 31 janvier (comme l’auteure de ce blog !).

GLASS SCHUBERT

On pénètre dans la Nef du bâtiment magnifiquement restauré mais ce dimanche, ce n’est pas dans ce lieu que le concert est donné. On dédaigne l’ascenseur pour grimper  les deux  étages qui mènent à  l’auditorium.

collège_des_bernardins

La salle bleue pétrole est splendide, les fauteuils sont très confortables.

Une estrade est disposée devant la rosace, seul rappel  de la sacralité initiale du lieu.

Quelques mots de l’organisatrice puis une explication concernant le pourquoi de Philip Glass. On comprend que l’auditoire est majoritairement là pour entendre du Schubert, il est donc nécessaire d’expliquer mais on ne retiendra pas grand-chose.

Quatuor Bernardins

C’est le Quatuor Manfred à qui est confiée l’interprétation de Schubert. Un rappel  concernant le foisonnement de son œuvre malgré la brièveté de sa vie (Schubert mourra à 31 ans)  et le peu de reconnaissance du génie du compositeur de son vivant.

La première partie est pour Schubert… d’abord, le quatuor à cordes N° 3 D36 en si bémol majeur… on s’ennuie un peu. Heureusement le quatuor à cordes N° 12D.703 en ut mineur « Quartettsatz » rattrape cette impression… bien plus intéressant, dommage il n’y a qu’un mouvement, il n’a pas été terminé !

Après l’entracte, c’est le Quatuor Varèse qui prend le relais pour le Philip Glass…  quatre artistes beaucoup plus jeunes. Et là, on est transporté… ce n’est semble-t-il pas le cas du monsieur derrière qui soupire et bouge beaucoup.

Et le quatuor Manfred clôture ce concert avec le quatuor à cordes N°8 D.112 en si bémol majeur.

On meurt de faim, il est 14h30. On se met en quête d’un restaurant, ce qui sera un peu difficile car on est dimanche.

On a complété avec bonheur notre connaissance du compositeur Philip Glass. Objectif rempli !

Informations pratiques

Réserver pour 4 concerts entre les 24 et 26 novembre 2017 en cliquant sur COLLEGE DES BERNARDINS ou en se rendant sur place pour entendre d’excellents interprètes de Schubert et … pour découvrir Philip Glass pour le modeste prix de 20 €

Trois jours à Nantes pour la Folle Journée…

affiche Folle Journée Nantes 2014Parler de la Folle Journée de Nantes alors que cette manifestation vient de fermer ses portes, cela peut paraître vain.

Mais en parler tant que l’expérience est fraîche et en faire écouter des extraits, c’est la faire partager pour peut-être donner envie de s’y rendre l’année prochaine si l’on en a les moyens, bien sûr.

On avait été peu tenté l’année dernière par le programme annoncé pour fin janvier 2014. La musique de l’Amérique du Nord ? Que connaissait-on ? Gershwin, Berstein… les comédies musicales américaines, les négrospirituals, le jazz… bof !

Mais finalement le programme qui parait fin décembre s’annonce plus riche que cela… on pourra aussi entendre des œuvres musicales commandées par les Etats Unis à des artistes étrangers ou bien émanant de compositeurs installés là-bas à un moment de leur existence.

Alors, on compose notre programme avec enthousiasme comme chaque année depuis 2012…

American Spiritual EnsembleLe vendredi, on commence par des négrospirituals interprétés magistralement par un groupe de 20 artistes, l’American Spiritual Ensemble, à l’énergie communicante… des solistes aux organes puissants, pour certains reconnus au niveau international… des arrangements musicaux de grande qualité… l’âme du Négro Spiritual est remarquablement défendue.

Une demi-heure plus tard, c’est un autre genre… « le Stabat Mater opus 58 » de Dvorak interprété par  une affiche mondialement reconnue… l’Ensemble Vocal de Lausanne dirigé par Michel Corboz. Une direction impeccable, un chœur tout en nuances, quatre solistes excellents. On sort sur un petit nuage…

Le samedi, on a choisi « symphonique ». Encore du Dvorak avec « La Symphonie du Nouveau Monde », œuvre qu’il a composée pendant les 3 années où il était directeur du conservatoire de New York. Cette symphonie est jouée par l’Orchestre National des Pays de Loire sous la direction inspirée de Pascal Rophé. Une fois encore, on est emporté par une interprétation de très grande qualité.

orchestre national pays de loire folle journée nantes 2014

 

Puis quasiment dans la foulée, l’Orchestre Philarmonique de l’Oural sous la direction de Dmitri Liss nous fait découvrir un concerto pour violon (celui du virtuose Olivier Charlier) et orchestre de Barber. On trouve l’œuvre un peu inégale, à mi-chemin entre de la musique symphonique et de la musique de comédie musicale. Le deuxième concerto de Bartok, pour piano et orchestre n°3 nous permet d’entendre l’excellente pianiste, Anne Quéfellec, qui saura faire alterner les accents poignants du 2° mouvement avec  les accords sonores du 3° mouvement. annen Quéfellec Folle Journée NantesOn est globalement un peu moins emballé par ce que l’on vient d’entendre.

 

 

Choeur Les ElementsEt le dimanche sera consacré à la découverte d’une musique plus récente. On commence par le Chœur de chambre Les éléments dirigé par Joël Suhubiette. Niveau d’interprétation excellent… avec des œuvres plus ou moins faciles à la 1° écoute… des compositeurs américains Copland, Bernstein, Rorem, Reich… et pour terminer le jubilatoire intermède « Knee Plays 3 » de l’opéra « Einstein on the beach » de Philip Glass. (à écouter jusqu'au bout pour vraiment l'apprécier).

On terminera par un concert d’une heure de Philip Glass, interprété au piano par le virtuose, Bruce Brubaker, ami et spécialiste du compositeur. Une heure de musique lancinante et hypnotique qui n’en finit jamais et qui plonge dans un état second propice à la méditation.

Bruce Brubaker

On  quitte le Centre des congrès de Nantes, une fois encore émerveillé par l’organisation sans faille de cette manifestation grandiose qui permet à chacun de découvrir la Musique quel que soit son niveau culturel pour des prix modestes. Les artistes sont de grande renommée et se donnent sans compter. On adore !

On sait aussi reconnaitre que l’on a de la chance d’avoir des amis sur place qui s’occupent de tout. Merci à eux pour leur accueil et la logistique déployée pour acheter les billets.

L’année prochaine, ce sera de la Musique Baroque… on se réjouit à l’avance.

Informations pratiques

La Folle journée de Nantes 2014

Tarif pour ces 6 concerts : 107 € par personne