Et dans les Galeries du 3° arrondissement, quoi de nouveau ?

COGNEE_FOULESUn rayon de soleil et c'est suffisant pour avoir envie de déambuler dans les Galeries du 3° arrondissement !

On pousse la porte de la Galerie Templon au fond de la cour.

On est accueilli par une grande toile qui figure une foule… « Foules », c’est justement le titre de cette exposition

COGNEE_FOULES 1

On la doit à Philippe Cognée, artiste nantais, lauréat de la Villa Médicis en 1990 et professeur à l’école supérieure des Beaux-Arts de Paris jusqu’en 2015

On pénètre dans la première salle, on est saisi par ces compositions abstraites à première vue… mais aussi figuratives car on distingue des silhouettes qui composent des foules

COGNEE_FOULES 2COGNEE_FOULES 3COGNEE_FOULES 4

Et quand on s’approche, il n’y a plus que des tâches de couleurs dans lesquelles on peine à reconnaître ces mêmes silhouettes…  on est bluffé par la techniqueCOGNEE_FOULES detail

Ces grandes toiles en imposent… leur glacis rendu par la cire leur donne une réelle présence

 

 

COGNEE_FOULES 5De l’autre côté de la rue, dans l’annexe de la Galerie Templon, toujours des toiles de Philippe Cognée… cette fois-ci, ce sont des grands immeubles… superbes !

 

 

 

On se dirige ensuite vers la Galerie Marian Goodman. On pousse la lourde porte cochère, on traverse la première cour…

Ici, une exposition d’un photographe américain, James Welling… d’abord des photos de bouquets de fleurs retravaillés avec des harmonies de couleurs… peut-être, un peu mièvres ?

JAMES_WELLING 3

Au sous-sol, des photos de rues peuplées d’humains en mouvement

JAMES_WELLING 2

Là encore, des couleurs recouvrent partiellement les clichés rendant les photos à peine reconnaissables

JAMES_WELLING 1

On a du mal à comprendre la technique de réalisation… un petit film sur l’artiste en action aurait été bienvenu

Et l’on termine par la Galerie Tornabuoni Art… toujours une lourde porte cochère et une cour bordée de beaux immeubles et dans la 2° cour sur la droite une porte vitrée

Là, « la plus importante rétrospective jamais réalisée sur l’œuvre de Alighiero Boetti (1940-1994) »… bon, on fait les malins mais on ne connaissait pas cet artiste…

On admire les grands planisphères réalisés en tissu, chaque pays représenté par son drapeau

BOETTI 1

Et dans la salle suivante, une énorme tapisserie colorée…

BOETTI 2

on s’approche… des objets unicolores brodés les uns à côté des autres sans se toucherBOETTI 4

On lit que Boetti confiait la réalisation de ses œuvres à des femmes afghanes avec des consignes précises : pas de couleur dominante, les objets ne doivent pas se toucher… et longtemps après, l'artiste découvrait le résultat…

C’est gai, optimiste, vivant… on aime

Informations pratiques

GALERIE TEMPLON – 30, rue Beaubourg, Paris 3e

GALERIE MARIAN GOODMAN – 79 Rue du Temple75003 Paris

GALERIE TORNABUONI ART – Passage de Retz 9 rue Charlot 75003 Paris

 

 

 

Toujours la Galerie Daniel TEMPLON
Jusqu’au 2 avril 2016

TEMPLON_ARMANOn se précipite chez TEMPLON avant que ne s’achève l’exposition sur ARMAN… on ne connait de lui que ces accumulations d’instruments musicaux, principalement des violons.

Et l’on est curieux de voir ce qu’il a réalisé d’autre. Et l’on n’est pas déçu par les œuvres exposées.

Des accumulations d’objets du quotidien

Une sculpture réalisée avec des fers à repasser trône au milieu de la grande salle.ARMAN_FERS

 

 

 

Une autre avec des clés dans une inclusion de résine jaune

ARMAN_CLES

Plutôt insolite,  un tableau d’étiquettes de marquage de vêtements d’enfants, bien connues des mères de famille…ARMAN_RUBANS

 

 

 

 

Une accumulation de feux de voiture…

ARMAN_FEUX

… de petites voitures Matchbox…

ARMAN_MATCHBOX

Des tableaux franchement réussis  tel que celui des cadrans anciens…

ARMAN_BOUSSOLES

… celui  composé d’engrenages  aux reflets dorés…

ARMAN_ENGRENAGES

Et le must, celui réalisé avec des collerettes de bouteilles de vin rouges et jaunes…

ARMAN_COLLERETTES

Pour un peu, on se lancerait dans la confection d’une œuvre personnelle…mais on peine à imaginer avec quoi.

Dans la 2° galerie de Templon, de l’autre côté de la rue du Renard, un peintre étonnant de réalisme, René Wirths… une peinture d’une précision particulièrement remarquable.

WIRTHS_OEUFQuatre grands œufs à la texture délicate

Des couverts dans lesquels se reflète le visiteur.

WIRTHS_COUVERTS

Un peigne en écaille prêt à coiffer…

WIRTHS_PEIGNE

Et un  cintre plus vrai que nature.

WIRTHS_CINTRE

Pas tout à fait notre tasse de thé, ce style de peinture mais on salue la technique.

Encore une fois, la Galerie TEMPLON nous donne à voir des oeuvres d'un grand intérêt.

Informations pratiques

Galerie Daniel Templon – 30 rue Beaubourg – 75003 PARIS

 

Découvrir le peintre, Jules Olitski, à la Galerie Daniel Templon
Jusqu’au 30 mai 2015

GALERIE DANIEL TEMPLONOn pousse la lourde porte cochère du 30 rue Beaubourg sans savoir ce que l’on va trouver dans la Galerie Daniel Templon.Comme chaque fois, on se laisse prendre par l’impression de quiétude qui se dégage de la petite cour, ornementée de lierre, d’où se dégage un charme quasiment bucolique (ce qui ne ressort pas de la page du site de la Galerie ci-joint !).

On monte trois marches, on pousse la porte…

En face, une grande toile verticale aux coloris délicatement saumonés… OLITSKI_1

On s’approche et l’on découvre que la toile n’est pas unie mais qu’elle résulte de différentes couleurs minutieusement pulvérisées… on est immédiatement séduit.

 

OLITSKI_2

 

 

 

 

Sur la gauche, une toile beaucoup plus texturée dans des coloris de grège… 

 

On découvre alors le nom de l’artiste… Jules Olitski… on ne connait pas ce peintre nordique… on apprendra à la fin de l’exposition qu’il s’agit d’une peintre américain d’origine russe, décédé en 2007, qui le maître du Color Field Painting, mouvement artistique américain auquel se rattachent Pollock, Rothko… pour ne citer que ceux que l’on connait.

Pour l’heure, on ne sait pas cela, on se contente d’admirer les immenses toiles exposées dans ce bel espace qu’est la Galerie Daniel Templon.

OLITSKI_7

 

De loin…OLITSKI_3

On s’approche… on découvre un détail de ligne

OLITSKI_4… une couleur de fond qui apparait à la lisière de la toile…

OLITSKI_6

 

On est subjugué… on est en face d’un grand artiste…

OLITSKI_9

Ce qui se confirme à la fin de la visite quand on lit la biographie et quand on découvre le prix de toiles… rien à moins de 150 000 $ ! Malheureusement pas dans nos moyens… mais au moins on s’est rempli les yeux de belles choses et l’on ressort plus riche de connaissances sur l’art abstrait.

Informations pratiques

Galerie Daniel Templon – 30 rue Beaubourg – 75003 Paris

 

La vision du monde industriel de David Lachapelle à la Galerie Templon
Jusqu’au 23 décembre 2014

Galerie Daniel TemplonAujourd’hui, on est dans le quartier de Beaubourg et l’on décide de pousser la porte qui conduit à la Galerie Templon.

Au fond d’une petite cour, quelques marches sur la gauche et l’on pénètre dans les 3 vastes pièces qui composent la galerie.

On ne sait pas ce que l’on vient voir…

L' on est accueilli par d’immenses photos de sites industriels très colorés… et même très flashy… rose fuchsia, turquoise mer des caraïbes, jaune citron…voire surexposées…

photo site industriel David Lachapelle

On est d’abord un peu surpris par ce parti pris.

Mais en s’approchant, on découvre que chaque site n’est en réalité qu’une maquette réalisée avec des objets de la vie courante… bigoudis, pailles multicolores, canettes de boisson diverses et variées… c’est un peu déroutant… mais aussi amusant… et certainement plus.Détail photo David Lachapelle

 

 

On comprend peu à peu qu’au-delà de superbes réalisations photographiques, ces œuvres sont porteuses d’un message… lequel ? On ne sait trop dire… peut-être, quelque-chose autour des déchets secrétés par notre monde industriel qui envahissent tout, ce serait la version pessimiste… ou peut-être une version plus optimiste qui évoque la possibilité de  recyclage à l’infini des objets manufacturés ?

Et sans pousser plus loin une réflexion pseudo-philosophique, on  se laisse très vite emporté par la magie de ce qui est présenté devant nous.

On sort enchanté de cette découverte… à faire partager autour de nous, y compris à des enfants.

Lire le commentaire de Télérama intitulé « l’étrange virage écolo de David Lachapelle » pour comprendre l’élément déclencheur  de cette série de clichés.

Informations pratiques

Galerie Templon – 30 Rue Beaubourg – 75003 PARIS