Ne manquez pas l’exposition rétrospective « Edgard Pillet » à Eysines
Jusqu’au 11 décembre 2016

expo_edgard_pillet

Sur le chemin du retour des vacances (longues et pas vraiment propices à l’écriture), on s’arrête à Eysines.

Eysines ? Jolie banlieue de Bordeaux qui abrite un Centre d’art contemporain dans le superbe Château Lescombes.

chateau_lescombes

Pour trois mois, une exposition est consacrée à Edgard Pillet, grand artiste injustement oublié, natif de Saint-Christoly Médoc auquel l’Association « Pour Saint-Christoly » avait consacré en juillet 2015 une première exposition.

On pénètre le lieu impeccablement entretenu par un petit escalier émergeant d’un massif de fleurs flamboyantes.

On est accueilli par « Golingo », toile emblématique de la période d’abstraction géométrique du début des années 1950.

pillet_golingo

Puis, on se dirige vers la gauche dans la longue salle d’exposition  sur deux niveaux. On est immédiatement attiré par la grande tapisserie qui se déploie au milieu de la salle

pillet_tapisserie

On découvre alors le charmant visage de Julie, délicat bronze de la fin de la vie de l’artiste

pillet_julie

On est aussi dans la salle de l’époque Amérique avec ses grandes  toiles d’abstraction lyrique plus que géométrique de la fin des années 1950. On apprécie la finesse de la juxtaposition des couleurs, les bleus, les verts…

pillet_amerique_2

Le vert d’eau d’ »Aquatique »

pillet_aquatique

Le vert billard de « Hurlevent »

pillet_hurle_vent

Décidément, on aime de plus en plus cette période.

Puis dans la deuxième partie du rez-de-chaussée, ce sont les toiles plus noires du début des années soixante… des astres énigmatiques, gardiens d’un univers sombre…

Le mystérieux « Noir d’Azur »

pillet_noir_d_azur

Le plus riant « Flamboyant »

pillet_flambant

On se prend à regretter « L’Intrus » que l’on aurait aimé acheter l’an passé

On est cette fois encore subjugué par la richesse de la palette d’Edgard Pillet

Au milieu de l'espace, deux sculptures en inox ajoutent au mystère 

pillet_sculpture pillet_sommeil_gordien

A l’étage, deux immenses tableaux réalisés avec des plumes chatoyantes sont là pour montrer une autre facette de cet artiste aux talents multiples

pillet_depouilles

… qui jouxtent le majestueux « Phoebus », rouge, noir et or

pillet_phebus

Sur la coursive, de nombreuses toiles des années 90 dans lesquelles on cherche et on trouve « le rond » qui caractérise cette période dans laquelle Edgard Pillet disait « je crois que j’ai pris la maladie dur rond »

pillet_faisceaux

Avec plusieurs toiles de la série « Jardins »

pillet_jardin7 pillet_jardin3pillet_jardin1

C’est au fond de cette salle caché par un mur que l’on découvre certains des magnifiques creusets, marque de fabrique de l’artiste qui est « l’inventeur » de cette technique à mi-chemin entre la peinture et la sculpture. On est fasciné…

pillet_creuset pillet_creuset2

On redescend le petit escalier en colimaçon en ayant retrouvé intacte l’émotion ressentie l’an passé à préparer la première exposition consacrée dans le Médoc à ce bel artiste.

Amis Bordelais, surtout ne manquez pas cette belle exposition sublimée par ce magnifique lieu qu’est le Château Lescombes à Eysines.

Pardon pour la qualité  des photos qui desservent beaucoup l’exposition !

Informations pratiques

Château Lescombes – Centre d’Art contemporain

 

Surtout ne pas rater l’exposition « Jésus Rafael Soto » à la Galerie Perrotin
Jusqu’au 21 février 2015

ENSEIGNE GALERIE PERROTINLa Galerie Perrotin est située à quelques pas de la Place des Vosges. On passe un porche pour pénétrer dans une petite cour plutôt modeste…  en face de nous, se dresse un vaste hôtel particulier auquel on accède par un escalier en fer forgé… lui, plutôt majestueux.

ESCALIER GALERIE PERROTIN

On vient voir l’exposition consacrée à Jésus Rafael Soto, artiste vénézuélien décédé en 2005… un artiste aux œuvres cinétiques facilement identifiables… Cinétique ? Des œuvres aux effets d’optique fascinants quand on tourne autour.

TABLEAU SOTOSous nos yeux émerveillés s’étale sur deux étages un nombre impressionnant  d’œuvres… beaucoup mieux qu’au Palais de Tokyo et au musée Pompidou qui ne nous avaient donné à voir que quelques œuvres…

TABLEAU SOTO

Des tableaux colorés de tailles diversestableau soto

Certains sont disposés sur un pan de mur entier.

tableau soto

Au rez de chaussée, une installation occupe une pièce entière…

installation soto

A l’étage, une « sculpture » posée au milieu de la salle.

installation soto

On se souvient que Jésus Rafael Soto a fréquenté l’atelier d’Art Abstrait fondé par Edgard Pillet avec Jean Dewasne au début des années 50 à Montparnasse. Et on découvre plus tard dans sa biographie qu’il a exposé à la Galerie Denise René concomitamment à notre cher Edgard.

Courrez-y… vous pourrez admirer gratuitement et quasiment seuls une exposition exceptionnelle.

Informations pratiques

Galerie Perrotin – 76 rue de Trudaine – 75003 PARIS

 

Un petit tour à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine pour Bernard Zehrfuss
Jusqu’au 13 octobre 2014

tour eiffelLe Palais de Chaillot qui permet une vue exceptionnelle sur la Tour Eiffel est considéré comme une vitrine de l’art figuratif des Années Trente… encore un bâtiment colossal dont regorge Paris grâce aux différentes expositions universelles.

On vient pour l’exposition « Bernard Zehrfuss, la poétique de la structure ».

On traverse rapidement l’aile de gauche où s’étalent des moulages grandeur nature de l’architecture du XII° au XVIII° siècle, essentiellement des bâtiments religieux… la France architecturale en raccourci … mais pas vraiment notre tasse de thé ! On prend l’ascenseur pour atteindre l’étage de l’architecture contemporaine.

Sur le côté gauche au fond de la salle inondée de lumière, un mur annonce l’exposition. Bernard Zehrfuss, on ne connaissait pas… et pourtant, on connaissait une de ses réalisations emblématiques, c’est ce que l’on va découvrir.

 

exposition Bernard Zerhfuss

 

A l’entrée, un panneau annonce « Bernard Zehrfuss … collabore… avec des artistes majeurs tels Pablo Picasso, Joan Miro, Edgard Pillet… »… on est venu, attiré par le nom dEdgard Pillet, l’artiste aux multiples facettes que notre village de cœur, Saint-Christoly de Médoc, souhaite remettre en lumière.

On entre, les lieux sont un peu sombres… essentiellement des photos de l’architecte avec des personnalités en visite sur ses chantiers colossaux… des photos des chantiers eux-mêmes… et des photos des réalisations.

escalier musée gallo romain lyonD’abord l’imposant escalier en béton du Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon.

 

 

Puis l’imprimerie Mame à Tours reconstruite en 1950 avec une mise en couleur par Edgard Pillet. Les photos sont petites, on ne voit pas grand-chose… on ira sur place visiter, ce sera mieux.

IMG_8323

Pour l’heure, on continue la visite… une belle maquette du CNIT, le palais des congrès du quartier de La Défense trône au milieu de la salle. Voilà l’œuvre emblématique de Bernard Zehrfuss… magnifique, bien sûr et tellement novateur en 1958… record de la plus grande voûte du monde.

Maquette CNIT La Défense

Pour terminer, les bâtiments de l’Unesco à Paris… moins spectaculaires.Maquette UNESCO Paris

 

On a découvert un grand architecte… bravo M. Zehrfuss !

Une belle exposition pour les passionnés d'architecture.

Informations pratiques

Cité de l’Architecture et du Patrimoine – 1, place du Trocadéro et du 11 novembre  – 75116 Paris

 

Redécouvrir les collections permanentes du Musée d’Art Moderne

Parcourir les expositions, c’est l’occasion d’admirer des affichages thématiques souvent passionnantes mais cela présente un inconvénient majeur, c’est noir de monde et c’est très onéreux.

Alors, on ne doit pas oublier que les musées Parisiens recèlent des merveilles, leurs collections permanentes qui sont souvent gratuites.

C’est le cas au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Alors ce matin, on y va.

On descend une volée de marches blanches et s’offrent à nous de vastes salles numérotées.

"Toile Robert DelaunayDe 1 à 12, c’est le circuit historique qui se déroule dans les salles monumentales qui donnent sur le parvis et sur la Seine. L’occasion d’admirer des toiles imposantes de Robert Delaunay…

…de Fernand Léger…Toile Fernand Léger

 

 

 

Puis on poursuit par des salles consacrées au mobilier des Arts Déco disposé d’une manière aérée qui permet d’en admirer toute la finesse.

salon Arts déco

 

Malheureusement toutes les salles ne sont pas ouvertes… et l’on ne verra pas l’abstraction des années 1950 qui était le but de notre visite avec l’espoir de découvrir une toile d’Edgard Pillet, notre centre d’intérêt du moment.

On se rabat alors sur les salles 13 à 20 consacrées aux collections contemporaines. Cela commence avec les Nouveaux Réalistes, mouvement de la fin des années 1950…

Une compression de César retient notre attention.compression César

 

On n’aime pas tout… peut-être quelques objets sculptés d’A.R. Penck ?

Et assi l’installation colorée avec ses boules et ses rames qui fait penser à un rack de rangement dans un club sportif  !

installation MAP

On finit par une salle noire où s’affichent fugacement des questions plus ou moins existentielles… c’est poétique et reposant.

installation 2 MAP

On conclut avec la salle Henri Matisse où s’étalent sur des murs immenses « La Danse inachevée » et « La Danse de Paris »… grandiose !

La Danse inachevée MATISSE

A faire et refaire… d’autant plus qu’il n’y a personne !

Informations pratiques

MUSEE ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS

11 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON – 75116 PARIS
TÉL : 01 53 67 40 00