VIANNEY, charme, professionnalisme, il a tout d’un grand !

VIANNEYVIANNEY, qui ne connait pas ce jeune chanteur au look d’un adolescent de bonne famille, ce faiseur de chansons douces-amères, reflet des préoccupations d’un jeune adulte en devenir, ce gratteur de guitare sèche charmant et tellement attendrissant.

Alors, il y a quelques mois, après avoir entendu une interview de Vianney, on avait pris des places pour son concert au Zénith le 22 novembre.

La salle est bondée, on annonce 6 800 spectateurs… de tous âges, des enfants, des jeunes, des moins jeunes. Vianney séduit toutes les générations, semble-t-il.

Après une première partie d’un jeune chanteur toulousain (dont on n'a pas compris le nom) qui aurait mérité une sonorisation  de meilleure qualité, derrière le rideau on distingue une énorme forme qui ronfle… cela dure… un peu trop pour le public qui s’impatiente.

Et arrive en scène, Vianney avec sa guitare. Point d’orchestre, juste ce qu’il appelle sa pédale magique qui décuple les sons qu’il produit. Magie de l’acoustique informatique, on croirait qu’il est accompagné d’un orchestre rock tonitruant.

Il commence par DUMBO (la grosse forme qui ronflait était un éléphant !)

Et l’on assiste médusé à la performance d’un showman expérimenté qui interpelle la salle avec un « ça va Paris », à la longue un peu agaçant mais qui marche bien car la salle lui est complètement acquise. Il saute, virevolte, gratte furieusement sa guitare… on est loin du Vianney aperçu jusque-là dans les médias. Il chante aussi à cappella des débuts de chansons plus douces. Un duo avec MC Solar sur sa chanson « Caroline » mais un duo virtuel car le rappeur apparait sur un film mais la prestation est parfaitement en place. Côté rap, ce n’est pas terminé car arrivent ensuite les frères toulousains Bigflo et Oli avec lesquels il interprète leur succès « Dommage ». Toute la salle chante… intéressant de faire découvrir ainsi la culture rap aux cheveux blancs de l’assistance !

On comprend assez vite que l’on n’entendra pas le Vianney intimiste mais la taille de la salle ne favorise pas ce type de spectacle.

Heureusement, lors des rappels, on retrouve le Vianney auquel on est plus habitué.

Le show se termine par ce que le chanteur qualifie de « ma chanson préférée »… sa chanson intitulée « Le Galopin » qui exhale une tendresse et une philosophie de vie rafraîchissante avec sa petite phrase qui revient ne leitmotive « et se dire qu’on est bien, c’est mieux ».

Cliquer sur LE GALOPIN pour l’écouter, votre journée en sera illuminée !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>