Des concerts au Collège des Bernardins à découvrir en novembre 2017

BERNARDINSQuand on aime un artiste, on est à l’affût de toutes les manifestations qui se déroulent à Paris. Le compositeur américain, Philip Glass, on l’avait découvert avec le prodigieux opéra « Einstein on the Beach » composé en 1974. Puis on avait entendu plusieurs fois  aux Folles journées de Nantes Bruce Brubaker, l’interprète américain spécialiste de ses partitions de piano

Mais ses œuvres  pour quatuor à cordes nous étaient  inconnues.

Alors, aujourd’hui, on va au Collège des Bernardins pour en entendre une dans le cadre de deux weekends consacrés à la juxtaposition improbable de quatuors de deux compositeurs  aussi éloignés pour des profanes que Philip Glass… et Franz Schubert ! Si ce n’est qu’ils sont nés tous deux le 31 janvier (comme l’auteure de ce blog !).

GLASS SCHUBERT

On pénètre dans la Nef du bâtiment magnifiquement restauré mais ce dimanche, ce n’est pas dans ce lieu que le concert est donné. On dédaigne l’ascenseur pour grimper  les deux  étages qui mènent à  l’auditorium.

collège_des_bernardins

La salle bleue pétrole est splendide, les fauteuils sont très confortables.

Une estrade est disposée devant la rosace, seul rappel  de la sacralité initiale du lieu.

Quelques mots de l’organisatrice puis une explication concernant le pourquoi de Philip Glass. On comprend que l’auditoire est majoritairement là pour entendre du Schubert, il est donc nécessaire d’expliquer mais on ne retiendra pas grand-chose.

Quatuor Bernardins

C’est le Quatuor Manfred à qui est confiée l’interprétation de Schubert. Un rappel  concernant le foisonnement de son œuvre malgré la brièveté de sa vie (Schubert mourra à 31 ans)  et le peu de reconnaissance du génie du compositeur de son vivant.

La première partie est pour Schubert… d’abord, le quatuor à cordes N° 3 D36 en si bémol majeur… on s’ennuie un peu. Heureusement le quatuor à cordes N° 12D.703 en ut mineur « Quartettsatz » rattrape cette impression… bien plus intéressant, dommage il n’y a qu’un mouvement, il n’a pas été terminé !

Après l’entracte, c’est le Quatuor Varèse qui prend le relais pour le Philip Glass…  quatre artistes beaucoup plus jeunes. Et là, on est transporté… ce n’est semble-t-il pas le cas du monsieur derrière qui soupire et bouge beaucoup.

Et le quatuor Manfred clôture ce concert avec le quatuor à cordes N°8 D.112 en si bémol majeur.

On meurt de faim, il est 14h30. On se met en quête d’un restaurant, ce qui sera un peu difficile car on est dimanche.

On a complété avec bonheur notre connaissance du compositeur Philip Glass. Objectif rempli !

Informations pratiques

Réserver pour 4 concerts entre les 24 et 26 novembre 2017 en cliquant sur COLLEGE DES BERNARDINS ou en se rendant sur place pour entendre d’excellents interprètes de Schubert et … pour découvrir Philip Glass pour le modeste prix de 20 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>