Et voilà revenu le temps de la Folle Journée de Nantes…
Jusqu’au 5 février 2017

FOLLE_JOURNEE_NANTESLe thème cette année ? « Le Rythme des peuples »… on lit que l’on va entendre de la musique en lien  avec la danse…

Cette année, on a choisi  7 concerts sur 3 jours… jeudi, vendredi, samedi…

Pour le jeudi, malgré une réservation par Internet dès la première heure, on n’a pas eu les 2 concerts choisis initialement et l’on s’est rabattu sur 2 concerts où il restait de la place.

On débute avec Macadam Ensemble un ensemble vocal implanté à Nantes…

MACADAM ENSEMBLE

Des instruments anciens  pour interpréter des chants grégoriens avec des compositions d’Hildegarde de Bingen et de Giacinto Scelsi entrecoupés d’improvisations de musique contemporaine à 4 voix féminines… c’est remarquable d’harmonie… bonne pioche, on commence bien !

 

STARDIVARIA

Dans la foulée, on entend Stradivaria, un ensemble baroque… de Nantes encore… on découvre des compositeurs du XVIII°, inconnus de nous… Rebel, Leclair… il y a aussi Rameau… la qualité est au rendez-vous.

 

 

Le lendemain, on se lève de bonne heure… le premier concert est à 9h30… On démarre en fanfare avec Renegades Steel Band… un groupe de Trinidad qui joue sur des bidons, des bassines, des fonds de tonneaux appelés pans… d’abord quatre morceaux antillais… c’est plein d’énergie, de vitalité, de joie de vivre, de soleil… mais très sonore, voire bruyant… on est contraint de protéger un peu ses oreilles…

RENEGADES

Et puis c’est l’enchantement avec les danses hongroises de Brahms et la valse des fleurs, extraite de Casse-Noisette de Tchaïkovsky… on est médusé par la virtuosité de ces seize musiciens capable d’interpréter des œuvres symphoniques sur leurs bidons métalliques… et réellement ému.

Le concert suivant est  presque du même acabit… mais là, un seul musicien armé de baguettes… le souriant Simone Rubino… encore un virtuose capable d’interpréter du Bach sur un xylophone avec 4 baguettes… on est là encore sous le charme.

Puis ce sera l’orchestre symphonique Sinfonia Varsovia qui interprétera magistralement la Symphonie N° 7 de Beethoven… qui finalement paraîtra un peu fade après les deux premiers concerts de la matinée.

On terminera la balade du jour avec une dînette sympathique dans le salon de thé Chapitre T à base de bocaux Pep’s… mention spéciale pour la salade de choux rouge, exquise ! Et le sourire et la gentillesse d’Anne, la patronne.

Samedi, encore l’orchestre Sinfonia Varsovia, cette fois-ci en compagnie de  l’Ensemble Vocal de Lausanne … au programme le Requiem de Fauré… en Ré mineur, Requiem oblige, mais pas si funèbre que cela, son  compositeur  considérant  «la mort : comme une délivrance heureuse, une aspiration au bonheur d’au-delà, plutôt que comme un passage douloureux ».

Bravo à Marie Lys, soprano à la voix émouvante et à la direction de Michel Cordoz, impeccable comme chaque fois

A quelques pas du palais des Congrès, un excellent déjeuner à la Maison Baron-Lefèvre

Puis le temps est venu pour le dernier concert choisi parmi la liste impressionnante à la disposition des spectateurs… on avait été attiré par le nom du compositeur américain, Philip Glass… encore l’orchestre Sinfonia Varsovia… et cette fois encore, des percussions

PHILIP_GLASS

Le concerto-fantaisie pour deux timbaliers et orchestre de Philip Glass donne à entendre 2 timbaliers Emmanuel Curt et Daniel Ciampolini… et à voir… car l’énergie déployée est époustouflante… l’œuvre est hypnotique, brillante… on est emporté

La deuxième partie est consacrée à une œuvre composé par un artiste japonais, Maki Ishii

Les vedettes sont 5 musiciens  frappant  sur deux sortes de taïkos, tambour en japonais… là aussi on est subjugué par la musicalité des tambours mais aussi par  la performance physique de ces musiciens à la musculature d’athlète… davantage peut-être que par l’œuvre… mais tout ce qui est nouveau est difficile à apprécier d’emblée.

MAKI_ISHII

Et voilà, il ne reste plus qu’à remercier chaleureusement notre hôte sans qui cette escapade musicale annuelle ne serait pas, courir jusqu’à la gare pour rentrer sur Paris

Et  oser formuler le projet de revenir l’année prochaine….

Informations pratiques

FOLLE JOURNEE DE NANTES 

Chapitre T – 1 Rue Camille Berruyer, 44000 Nantes

La Maison Baron-Lefevre – 33 Rue de Rieux, 44000 Nantes

One thought on “Et voilà revenu le temps de la Folle Journée de Nantes…
Jusqu’au 5 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>