On se promène dans les Balkans…

 

 

DRAPEAU_ALBANAISEt oui, on s’était dit il y a deux ans que l’on reviendrait en Albanie pour découvrir le nord de ce pays que l’on avait tant aimé et pour découvrir les pays limitrophes.

Mardi 1° Septembre 2015

 ALBANIE

Lever 4 heures du matin… un peu tôt tout de même et il a plu toute la nuit ! Direction Orly Sud et embarquement sur Transavia… 2h40 de voyage mais une demi-heure de retard… néanmoins supportable surtout au début des vacances !

Armand, notre guide, nous attend tout sourire. On a l’impression de retrouver un ami. Le soleil brille et la chaleur est déjà là bien présente.

Direction notre hôtel, Vila Alba… en plein centre-ville dans une calme ruelle. Etablissement de standing, le charme albanais en plus… un mélange de vieillot et de confort bourgeois… assez indéfinissable !

Rendez-vous pour déjeuner sur une placette ombragée… au menu, une salade… d’olives à l’orange… on aurait aimé davantage de salade verte ! Et une brochette de poulet avec des frites (surgelées… on regrette les frites d'il y a deux ans ).TIRANA_1

 

 

 

Tirana a changé en 2 ans… 

TIRANA_2Beaucoup de constructions modernes plutôt réussies… TIRANA_3

 

 

 

Encore beaucoup de chantiers aussi.

 

 

On décide ensuite d’aller au musée d’art moderne de Tirana par une allée piétonne le long des anciens remparts récemment créée… elle est un peu ombragée, heureusement car la chaleur est torride.

 

TIRANA_VOIE_PIETONNE

 

Pas de chance, le musée ne rouvrira ses portes que le 6 septembre. Un peu dépité, on rentre faire la sieste !

En fin d’après-midi, rendez-vous avec notre guide au Musée National Historique de Tirana. Imposant bâtiment construit sous l’ère communiste pour abriter les collections nationales.

 

MUSEE_NATIONAL_TIRANA

 

Le rez-de-chaussée retrace les périodes préhistoriques, grecques et romaines… et l’on découvre la civilisation illyrienne dont est issu le peuple albanais (XX° siècle avant JC jusqu’à la période romaine). De belles statues, des objets sous vitrines, des cartes bien documentées. 

Toutes ces cartes nous montrent que tous les territoires que nous allons visiter faisaient partie à différentes époques de l'Albanie et qu'ils sont toujours peuplés d'une grande proportion d'albanais

Au 1° étage, la période du Moyen Age et de la Renaissance à la gloire du héros national, Skanderbeg qui a délivré l’Albanie du joug des ottomans au XV° siècle. Puis une partie sur l'Albanie sous le joug ottoman jusqu'à la ligue de Prizren (constituée en 1878) qui délivrera le territoire de cette occupation.

Le dernier étage est consacré à la vie politique en Albanie depuis 1912 : régime parlementaire, royauté, résistance pendant la guerre et les atrocités du régime communiste. L’Albanie a expérimenté tous les régimes en moins d’un siècle !

On sort avec une bonne vue d’ensemble de l’évolution de ce pays  mais un peu déçu de ne pas avoir pu prendre des photos.

Il est temps d’aller se désaltérer et se restaurer dans le quartier branché de Tirana, « le Block ». Au menu, un florilège de spécialités albanaises : gâteau aux épinards à la farine de maïs, feuilles de vigne, ragout de bœuf… le tout arrosé d’un très honnête vin rouge albanais de la cave Cobo que l’on avait visitée lors de notre premier voyage.

 

VIN_COBO

Mercredi 2 Septembre 2015

MACEDOINE

Après une excellente nuit, cap sur la terrasse en haut de l'hôtel pour déguster un délicieux petit déjeuner. On admire les toitures anciennes nichées au milieu de constructions modernes.

 

TIRANA_5

Et l'on appareille à 8h30 pétante.

Direction l'Est du pays vers Orhid en Macédoine. On va d'abord jusqu'à Elbasan via une autoroute et un tunnel qui n'existaient pas il y a deux ans. Le pays se développe…

Puis au lieu de se diriger vers Pogradec, on prend la route qui longe le lac dans le sens des aiguilles d'une montre. Petite halte à la frontière… nombreux palabres avec le policier albanais qui s'étonne que la voiture soit conduite par quelqu'un qui n'en est pas propriétaire… il faut bien qu'il justifie son poste d'autant plus que les voitures ne sont pas légions ce matin.

On repart un peu déçu de n'avoir pas de tampon macédonien sur notre passeport ! 

ORHID_1Et on arrive à Orhid, charmante villégiature balnéaire…

Paisible et fleurie… on se croirait sur les bords du lac Léman.

ORHID_2

 

 

 

 

METHODE_CYRILLE_ORHIDAu milieu du parterre trônent les staues de deux célébrités macédoniennes : Méthode et Cyrille à qui les slaves doivent l'écriture cyrillique.

Et l'on s'aperçoit que ce petit square compte d'autres statues imposantes… on comprendra le jour suivant quand on visitera Skopje, la capitale, que la statuaire est le péché mignon du peuple macédonien !

 

ORHID_3

On déguste un citron pressé sur le port.. tout en discutant ferme entre nous pour établir la règle de conversion du denar en euro… on arrive à quelque-chose d'assez compliqué jusqu'à ce que l'une d'entre-nous sorte la table de conversion réalisée avant le départ.

ORHID_4Et l'on commence la visite en grimpant les ruelles étroites…

ORHID_5

On admire les maisons typiques qui font sécher leurs poivrons aux fenêtres..

ORHID_6

 

 

Et l'on arrive à la cathédrale Sainte Sophie… 

OHRID_STE_SOPHIE

Magnifique bâtiment en brique (un petit air de bâtiment toulousain) du XI° siècle… un peu engonçé au milieu des habitations, on manque de recul pour l'admirer…

On se consolera en regardant la petite maquette présentée à l'entrée.MAQUETTE_STE_SOPHIE_OHRID

 

A l'intérieur des fresques byzantines restaurées dans les années cinquante après avoir été enduites (et finalement très bien protégées) de chaux pendant les 5 siècles où la domination ottomane avait transformé l'édifice en mosquée)… c'est très beau !

En sortant, on tourne autour et l'on découvre l'admirable entrée du bâtiment récemment transformée en théâtre en plein air.

OHRID_STE_SOPHIE_COTE

Cela suffit pour la matinée… on va déjeuner sur une terrasse ombragée sur laquelle souffle une délicieuse brise.

POIVRONS_FARCISAu menu, des poivrons farcis dans une cassolette en terre. Divin ! et le vin blanc de la région de Tikvès est tout à fait honorable.

 

Malgré la chaleur (on avoisine les 36°C), on reprend notre ascension dans les ruelles escarpées pour arriver devant un vaste amphitéâtre…

OHRID_THEATRERestauré à la mode "macédonienne"… le ciment est à l'honneur pour consolider voire reconstruire les pièces manquantes.

Des mariés se font photographier sur les gradins…OHRID_THEATRE_MARIES

 

Et l'on continue notre ascension.

Sur la droite, une église byzantine en travaux… on se dirige vers elle et l'on découvre sur sa droite une petite merveille d'église byzantine, Notre-Dame de Péribleptos, entièrement décorée de fresques en très bon état.

ORHID_STE_PANTELEIMON

 

 

Au loin, la citadelle nous nargue gentiment… il va encore falloir grimper pour l'atteindre.

Sur le chemin, on s'arrête devant le monastère de Saint-Pantaléon, vaste édifice religieux entièrement reconstruit dans les années 2000 en surplomb du lac.

OHRID_ST_PENTALEIMON

De part et d'autre, d'immenses constructions en chantier pour des bâtiments à vocation éducative pour la religion orthodoxe. C'est colossal et un peu dommage d'encombrer ainsi le site.

Un peu plus haut, une magnifique mosaïque a été mise à jour. Elle provient d'une église chrétienne…

et est bien protégée par un bâtiment aux toits décalés plutôt réussi.

OHRID_ANCIENNE_BASILIQUE_MOSAIQUES

OHRID_CITADELLE_SAMUELEncore un petit effort et l'on atteindra la citadelle…

 La forteresse de Samuel d'où le panorama est infini.

OHRID_CITADELLE_SAMUEL2

 

Et l'on redescent jusqu'au bord du lac… mort de chaleur.

Un petit tour à l'hôtel pour enfiler un maillot de bain et…

Cap sur une plage de cailloux derrière la colline

OHRID_BAIN1

L'eau est délicieuse… les barques tanguent au fil des vaguelettes…OHRID_BAIN3

 

 

 

 

C'est la fin de la journée…

On savoure enfin ce semblant de fraîcheur…

OHRID_BAIN2

Le lieu enfin déserté incite à déguster un apéritif

Ce sera double raqui et frites maison…

OHRID_BAIN4

Jeudi 3 Septembre 2015

MACEDOINE

ORHID_1Après une bonne nuit dans un hôtel moderne et de bon goût, la Vila Denarius,on déguste en bord de mer un petit déjeuner copieux avec, en face de nous, un lac d'huile.

 

Ce matin, cap sur Skopje (prononcez "Skopié "), la capitale de la Macédoine.

Une route qui monte dans la montagne jusqu’à 1500 m au milieu des chênes verts puis on redescend dans la vallée jusqu’à atteindre une autoroute.

On pénètre  des faubourgs qui ressemblent à ceux d’un village. Puis les rues deviennent des avenues bordées d’immeubles type HLM… on apprend qu’ils ont été construits après le tremblement de terre de 1963 d’après l’architecture « brutaliste »  initiée par le Corbusier suivant des normes de confort pour leurs habitants mais aussi pour résister aux séismes. Certains commencent à être un peu défraîchis. Et si l’on ne nous avait pas donné leur parenté architecturale on ne serait pas douté de grand-chose… juste des HLM !

On se gare dans une ruelle sableuse pas très bien entretenue… on marche 200 mètres, et  sous nos yeux ébahis apparait le centre-ville…

SKOPJE_0D’immenses bâtiments blancs avec moult colonnes doriques, ioniques et autres.

 

 

 

Et partout de gigantesques statues…SKOPJE_6

Se rappeler d’abord que l’on est en Macédoine, jeune pays qui cherche à constituer des racines susceptibles de fédérer le peuple macédonien…

SKOPJE_1D’abord le Père… Philippe de Macédoine qui trône fièrement au sommet d’un piédestal décoré sur plusieurs étages… de soldats… et en bas,  un trio assis les pieds barbotant dans la fontaine : Philippe encore et sa femme Hélène entourant le jeune Alexandre qui deviendra plus tard Alexandre Le Grand.

Et puis à quelques mètres, une autre fontaine à la gloire de la Mère… Hélène enceinte, Hélène embrassant son fils, Hélène guidant son fils… un visage à la Brigitte Bardot… on ricane doucement !

SKOPJE_2

Quelques mètres plus loin, juste devant un petit pont piéton en pierre (tout neuf !), les autres héros de la nation, Méthode et Cyrille…

SKOPJE_3

Et à la sortie du pont, un piédestal grandiose sur lequel Alexandre campe fièrement  sur son cheval qui se cabre… à ses pieds des lions, des soldats… c’est une fontaine animée avec des jeux d’eau permanents au rythme de grands airs de Strauss et autres… et la nuit, la lumière est colorée, on se croirait dans une baignoire balnéo ! Sur la placette, des réverbères verts et dorés comme chez la Belle au Bois Dormant !

SKOPJE_E

Et dans toutes les rues adjacentes, des statues à n’en plus finir…SKOPJE_9 SKOPJE_4

 

Et même des groupes…

SKOPJE_L

Et bien sûr un arc de triomphe…SKOPJE_D

ET aussi des bus anglais plus chics !

Tout ceci fait partie du projet SKOPJE 2014… un peu en retard car il reste des chantiers en cours.

SKOPJE_I SKOPJE_G

Une citation du Petit Futé résume bien l’impression ressentie :

« Bref, un bric-à-brac architectural nationalo-kitsch empruntant  à  toutes les périodes de l’histoire, à toutes les cultures, à tous les styles même les plus improbables. Tout cela dans un minimum d’espace, réalisé dans un minimum de temps pour un effet d’esbroufe maximum. Comme à Disneyland ou Las Vegas en somme. »

On se moque mais n’était-ce pas ainsi au début des grands chantiers historiques de Paris !

SKOPJE_AOn se promène dans les rues commerçantes du centre-ville… on y découvre une grande statue de Mère Teresa née à Skpoje de parents albanais à côté du centre qui lui est ici consacré.

Ensuite, on part à l’assaut du vieux bazar sur la colline après avoir acheté un chapeau car on est écrasé par le soleil de plomb. Des cafés, des boutiques poussiéreuses… un charme certain.

En haut un restaurant turc nous tend les bras. On choisit l’intérieur (malheureusement non climatisé) espérant avoir un peu de fraîcheur. On se régale des assiettes qui nous sont présentées

SKOPJE_O SKOPJE_N

Pour l’heure, on n’a qu’une envie, c’est rejoindre notre l’hôtel. On l’atteint enfin après avoir fait trois fois le tour du centre-ville (en voiture tout de même) tant il y a de sens interdits.

Devant l’hôtel Elsa, encore une statue qui occupe  la ruelle… cette fois-ci un taureau furieux… plutôt plus réussi que ce que l’on a vu jusque-là.SKOPJE_K

L’hôtel Elsa, une façade moderne, un nom charmant et la gentillesse de son personnel… ce seront ses seuls atouts ! Car l’intérieur, plus kitsch que cela on a rarement expérimenté… et les photos apparaissent réellement indulgentes !

Après deux heures de fraîcheur, on repart à la découverte de la ville… cette fois-ci, on cherche la Cathédrale Saint-Clément d'Ohrid, une église orthodoxe construite très récemment… plutôt réussie, intérieurement comme extérieurement.

SKOPJE_ST_CLEMENT_OHRID

Puis on rejoint le vieux bazar, plus animé qu’à l’heure du déjeuner.

SKOPJE_CLOCHER_ST_SAUVEURA son sommet, le clocher en bois de l'église Saint-Sauveur…

 

Malheureusement, le cloître de l’église Saint-Sauveur est fermé au public…SKOPJE_CLOITRE_ST_SAUVEUR

On est vexé de ne pas avoir noté les horaires. Armand, notre guide, palabre avec le gardien qui moyennant une petite gratification nous laisse pénétrer dans le cloître et nous ouvre la petite église.

SKOPJE_ST_SAUVEUR_EGLISEOn descend quelques marches pour y pénétrer car elle est enterrée de 2 m… il ne fallait pas que les églises soient plus hautes que les mosquées du temps de l’occupation ottomane. Le gardien nous fait la visite dans un anglais très approximatif… on admire les sculptures en bois qui sont magnifiques.

On finit la soirée dans un restaurant turc sur une placette sympathique. Et l’on commence à avoir assez de manger des grillades de viande hâchée !

Allez avant de partir, une dernière statue… peut-être la plus amusante au milieu de tout ce bric à brac néoantico ?

skopje_plongeuses

Vendredi 4 septembre 2015

KOSOVO

Ce matin, on quitte la Macédoine pour découvrir le Kosovo.

Une trentaine de kilomètres dans la vallée, puis on tourne à gauche sur une route qui mène aux postes frontaliers que l’on se passe sans trop de tracasseries.

La route serpente en pente douce. Les maisons sont récentes et plutôt jolies. Vraisemblablement des constructions d'après une guerre pas si lointaine.

PRIZREN_1On s’arrête pour prendre un expresso (malheureusement la machine est en panne) mais on en profite pour admirer le paysage. On se croirait en Suisse !PRIZREN_2

 

 

Puis on finit par arriver à Prizren (2° ville du Kosovo – près de 200 000 habitants) mais dans le vieux centre, c'est comme un village.

PRIZREN_3Un petit pont de pierre (reconstruit après la guerre) enjambe  une rivière quasiment asséchée.

 

 

 

PRIZREN_4De part et d’autre, des bistros, des restaurants, des hôtels… cela ressemble à une petite ville de cure thermale.PRIZREN_5

 

 

En haut de la colline, la forteresse de Prizren (11° au 16° siècle) que l’on ne peut atteindre qu’à pied. Ce sera pour la fin de l’après-midi car pour l’heure la température avoisine déjà les 36° C.

PRIZREN_6

On décide de visiter la maison de la ligue de Prizren qui s’est constituée en 1878 pour tenter de chasser les ottomans d’Albanie.

PRIZREN_7PRIZREN_8

Joli petit complexe autour d’une cour fleurie… avec en plus d’explications historiques et de photos des insurgés albanais, un musée des costumes et à l’étage des tableaux peints en 1978 à la gloire de la ligue… certains plutôt pas mal !PRIZREN_9

 

 

On continue notre visite par la Mosquée de Sinan Pacha puis la cathédrale orthodoxe qui jouxte, détruite par les albanais pendant la guerre et entièrement reconstruite. Elle est gardée par la police et l’on ressent un peu de tension quand nous y pénétrons entre le policier (serbe ?) et notre guide albanais.

Et puis nous allons déjeuner à l’intérieur d’un grand restaurant albano-turc, Besca… la salle est vaste et se déploie autour d’un bassin où l’eau glougloute… un petit air de fraîcheur bienvenu. La nourriture déjà vue : salades et viandes grillées (beaucoup de viandes hachées)… on commence à caler.

Puis nous allons dans notre hôtel qui est  à deux pas, l'hôtel Prizreni. On dirait un petit hôtel de montagne… c’est un peu surprenant … les chambres sont petites mais on les croirait meublées par Habitat… c’est de très bon goût… cela nous change de l’hôtel Elsa de Skopje.

Et puis, quand on ouvre la fenêtre, on a la vue du dos de la mosquée… beau mais on craint le muezzin que finalement aucun d'entre-nous n'entendra pendant la nuit.

PRIZREN_A

PRIZREN_CAprès la sieste, on grimpe jusqu’à la forteresse…. Ça monte dur… on souffle un peu, beaucoup…

 

On passe devant l’église Saint-Salut, église orthodoxe, elle aussi partiellement détruite par les albanais et gardée…

PRIZREN_B

Et puis on parvient au sommet de la colline… on passe sous une voute et l’on grimpe quelques marches pour découvrir un chantier de restauration des bâtiments… toujours avec un souci de rénovation poussé à l’extrême.

On s’amuse à repérer toutes les traces de ciment et toutes les gaines plastiques mises pour consolider les rénovations. On n’a décidément pas la même conception de la restauration !

Depuis les murailles, la vue est à perte de vue et l’on réalise à quel point Prizren est vaste.

 

Samedi 5 Septembre 2015

ALBANIE

Aujourd’hui départ vers le Parc National de Valbonne à la frontière du Monténégro et du Kosovo. Nous revenons  en Albanie, dans le Nord.

VALBONNE_1Un rituel s’est installé… le trajet en voiture est coupé vers 11h d’une pause « Expresso »… ce matin, Armand, notre guide, nous arrête devant une maison tapissée de galets avec des décorations du plus bel effet… il connait la patronne mais aujourd’hui, pas de chance, il n’y a plus d’électricité… nous n’aurons pas notre café !VALBONNE_2

 

VALBONNE_3On repart dans la montagne… les paysages sont grandioses…

 

On arrive à la Vallée de Valbonne. Aujourd’hui, point d’hôtel ****, nous dormons chez l’habitant.

VALBONNE_4

Nous faisons bonne figure même quand on nous annonce que nous dormirons à trois dans la chambre. Cela ressemble davantage à un refuge qu’à une chambre d’hôte… cela nous fait un drôle d’effet.

Le temps n’est plus aussi beau… qu’importe, on ira marcher pendant près de 2 heures sur un lit de cailloux dans un paysage de montagne.

VALBONNE_9

C'est un grand bol d'air après l'agitation des jours passés. Et la nuit sera excellente en dépit d’un orage tonitruant.

Dimanche 6 Septembre 2015

KOSOVO

VALBONNE_BAu lever, le soleil fait son apparition. On profite du point de vue du haut de notre terrasse de planches.

 

 

On quitte ce lieu paisible sans un regard du cheval qui paisse tranquillement au pied de la maison.VALBONNE_A

De nouveau, une route à couper le souffle au milieu de gorges profondes.

VALBONNE_CVALBONNE_D

On rentre à nouveau au Kosovo par un petit poste frontière envahi par un convoi de mariage déjà éméché à cette heure matinale.

On roule, on tourne à droite dans un village et l’on s’engage sur une petite route bucolique ombragée au milieu des pâturages.

Sur la droite, un monastère clos de murs. A l’entrée des soldats italiens de l’ONU. Les monastères orthodoxes serbes minoritaires dans la région sont encore gardés. Un peu étrange comme atmosphère !

DECAN_1On pénètre dans l’enceinte par voute aux murs épais.

A gauche, les bâtiments des popes blancs et fleuris et au milieu de la pelouse, l’église du monastère de Visoki Decani, vaste édifice en pierres de marbre rose et jaune, dédiée au Christ Pantocrator.

DECAN_2

 

Un pope s’avance benoîtement. Notre guide le connait et une conversation amicale s’engage entre eux. Pas de rancœur manifestement de la part du saint homme malgré les attaques passées du monastère par des extrémistes albanais. On se serre cordialement la main.

On pénètre dans la basilique. On comprend tant bien que mal les explications du pope débitées en anglais d’une voix douce et monocorde. On l’appellera plus tard entre nous « le pope "2 de tension" ». On hoche la tête de temps à autre pour remercier.

Des fresques magnifiques, plutôt en bon état de conservation dans la 1° salle réservée au public laïc assistant aux offices.

PEC_3

La 2° salle comporte elle aussi de belles fresques. Au centre du Dôme, un énorme visage du Christ entouré d’une ronde d’anges.  Et une splendide iconostase en bois doré du 14° siècle.

On sort conquis et déçu de n’avoir pu photographier.

On quitte ses lieux paisibles, malgré ou grâce à l’armée présente, en direction de Peç (prononcez « Petché ») petite ville sans grand intérêt.

Un déjeuner rapide dans un boui-boui turc pris sur une toile cirée (qui rappellera un précédent voyage à Manaus) et sans grand intérêt culinaire.

On se dirige alors vers le Patriarcat de Peç  

Toujours une garde militaire, un peu moins imposante.

Une jeune nonne toute de noir vêtu, volubile et souriante, se dirige vers nous. Elle nous entraîne immédiatement dans la boutique pour nous vendre les billets mais aussi pour nous faire déguster gratuitement (elle insiste bien) le raki produit par l’abbaye. On promet de revenir acheter et on se dirige avec elle vers l’édifice d’un rouge flambant. On l’appellera plus tard entre nous « la sœur au taquet ».

PEC_5

On rentre. Notre guide en short long mais laissant entrevoir des bouts de genoux, est contraint de s’entourer dans un voile qui lui fait une jupe en mousseline du plus bel effet. C’est mieux que la foi précédente car la vieille religieuse qui l’avait accueilli l’avait empêché de rentrer dans l’édifice au prétexte que c’était sombre et qu’en tant que musulman, il n’y comprendrait rien !

Trois petites églises côte à côte dans le même bâtiment qui  communiquent entre elles que par un vestibule d’entrée :

·         L’église des Saints-Apôtres

·         L’église saint-Dimitri

·         L’église de la Vierge Hodegitria

De belles fresques. On commence à repérer la disposition des icônes : à gauche le Christ puis Saint Jean Baptiste, à droite la vierge Marie puis le Saint à qui est consacrée l’église.

PEC_4

On ressort et l’on achète, comme promis, raki et cartes postales pour parer à l’impossibilité de faire des photos.

Assez d’églises pour aujourd’hui ! On s’engage dans les gorges de la Rugova.

PEC_2C’est grandiose. On reste sans voix devant l’étroitesse de la faille et la hauteur des montagnes.

On sirote un expresso dans un restaurant à flanc de montagne. Encore un petit air de chalet suisse.

Puis on rejoint notre hôtel, l’hôtel Dukagjini. Grand Luxe, cette fois-ci (cela change de la ferme de Valbonne)… piscine, sauna, hammam et menu international pour le dîner.

 

 

 

 

 

Lundi 7 septembre 2015

MONTENEGRO

Ce matin, on part pour le Montenegro.

Une route sinueuse dans la montagne… une multitude de longs virages en épingles à cheveux.

On arrive au premier col pour le poste frontière kosovar. Une policière revêche et soupçonneuse pose beaucoup de questions et lance des regards assassins… cela dure… et elle finit par faire ouvrir le coffre. Ceci pour sortir du Kosovo…

10 km plus loin, c’est le poste frontière pour entrer au Montenegro ! Curieux, cette longue zone de no-man’s land dans la montagne. Et là, rebelote… un policier désagréable fait durer le passage et cette fois-ci fera ouvrir en plus du coffre, le bagage de notre guide ! Il ne fait pas bon être albanais dans certains pays des Balkans !

NIKSIC_6On continue une route dans les montagnes. Les paysages sont variés, certaines fois on se croirait dans les Alpes, puis dans les Vosges et même dans la garrigue. C’est un peu long… tout le monde somnole.

On s’arrête au bord de la route sur un parking improvisé… beaucoup de voitures russes.

NIKSIC_1On fait quelques pas jusqu’à un mur de clôture d’où s’échappent de nombreuses fleurs multicolores.

 

On est au Monastère de Moraca au cœur du Monténégro. Moraca, c’est aussi le nom de la rivière qui cascade au fond des gorges.

NIKSIC_5

Sur la gauche, les bâtiments des moines particulièrement bien entretenus. Toutes ces fleurs contribuent à donner un aspect riant à l’endroit.

NIKSIC_2

L’édifice religieux est consacré à l’Assomption de la Vierge Marie.

NIKSIC_4Des fresques  pas toujours dans un excellent état, une immense roue en métal qui fait office de lustre éclairant (mal) une belle iconostase… rien de très notable d’autant plus que personne ne vient expliquer.

Et l’on reprend la route à vive allure dans la route au creux des gorges.

 

En bas dans la vallée, on déniche sur le bord de la route un restaurant… vide.

On s’installe sur une terrasse ombragée par une treille épaisse.NIKSIC_C

Le patron s’annonce nonchalamment… et pas vraiment souriant. Tant bien que mal, on explique ce que l’on voudrait manger… on attendra longtemps, on n'aura qu’une assiette pour manger le plat de salade… heureusement les truites seront délicieuses et on appréciera.

On repart vers la capitale… Podgorika (on a appris le nom de la capitale du Monténégro mais jusqu’à quand ?)… que l’on laisse à notre gauche dans les faubourgs. Et l’on repart dans une campagne  très sèche.

On voit à flanc de montagne une église très blanche encastrée dans la roche. C’est le Monastère d’Ostrog vers lequel on se dirige.

OSTROG_1On est « ni enceinte, ni handicapé, et l’on n’a pas d’enfants »… on devra donc s’arrêter au parking intermédiaire et grimper moult marches … comme les pèlerins qui viennent nombreux dans cet endroit faiseur de miracles… eux montent à genoux mais aujourd’hui, il n’y en a pas.

 

Au pied de l’édifice, des étoffes pendent partout… on croit des tapis… pas du tout, ce sont les couvertures proposées (moyennant finance) par les autochtones aux pèlerins qui couchent sur les lieux. Trois religions se côtoient : orthodoxe, catholique et musulman.

OSTROG_2Arrivé sur le parvis, des personnes rentrent et sortent d’un bâtiment long qui semble construit de la veille.

 

 

 

 

Dans son prolongement, quelques marches plus haut, l’église… elle date du 17° siècle mais elle a été reconstruite en 1926 suite à un incendie.

OSTROG_3

Peu de fresques anciennes… OSTROG_4mais une vue sur la vallée à couper le souffle.

En redescendant, on met la main dans le trou aux miracles en demandant de faire cesser le mal de gorge. Et l’on se dira plus tard que cela a été finalement efficace !

On quitte rapidement ce lieu étonnant, assez mal à l’aise par ce déballage de couvertures usées devant un vaste magasin rempli de bondieuseries.

On roule jusqu’à Niksic (prononcez « Niksitch »), petite ville provinciale sans intérêt particulier dans un hôtel club house de tennis, moderne et rempli d’œuvres abstraites (on aime le concept mais pas trop ce qui est exposé)… l'accueil est souriant.

Une journée mi-figue, mi-raisin… beaucoup de voiture, des paysages magnifiques, des visites inégales, et la découverte du vin monténégrin…

NIKSIC_D

 

Mais on espère mieux du jour à venir.

 

Mardi 8 septembre 2015

BOSNIE-HERCEGOVINE

On repart… et au bout d’une heure, voilà le poste frontière pour sortir du Monténégro… avec des policiers aux visages fermés et peu agréables… et la rentrée en Bosnie-Herzégovine est sur le même registre. Notre guide est impassible et mêmMOSTAR_1e souriant alors qu’il sait que ces attitudes sont dirigées contre lui car il est albanais.

On roule ensuite dans une large vallée ensoleillée et riante le long d’un grand lac. Les paysages sont plus doux.

On se dirige vers Mostar.

Mais avant d’y arriver, notre guide nous propose un extra non prévu au programme. Il tourne à droite et s’engage sur une colline qui apparait dans un premier temps plutôt aride. Ce n’est pas très engageant mais il a l’air sûr de lui. Alors, on guette ce qui va nous être présenté.

On roule le long d’une rivière sous une voute d’arbres qui donne une ombre bienvenue car il fait déjà très chaud.

Pour un peu on oublierait que l’on est en Bosnie-Herzégovine… cela ressemble à une jolie campagne française. On s’arrêterait bien là. Puis on continue notre route jusqu’à un village pas particulièrement typique, Blagaj.

MOSTAR_2On descend de voiture et notre guide nous annonce qu’il va falloir un peu marcher.

On s’exécute entre une rangée de vendeurs locaux qui proposent des plantes en pots, des sirops colorés, des foulards, des flûtes en bois et d’autres objets pas terribles.

Néanmoins un charme certain se dégage de cette petite route qui se dirige vers la rivière. On se croirait maintenant en Provence.

Sur le chemin, notre guide nous parle des bektasi qui sont des fidèles d’un courant de l’islam qui ne pratiquent pas dans les mosquées.  Nous allons donc visiter un tekké, sorte de monastère pour religieux.MOSTAR_E

 

Et nous arrivons dans un lieu enchanteur.

MOSTAR_5D’abord la source de la rivière que nous suivions depuis que nous avions quitté la voiture. Une belle couleur turquoise, un glouglou rafraîchissant…

Et à ses pieds une jolie construction blanche bien entretenue.

MOSTAR_F

On se déchausse et un foulard est disposé sur la tête des  visiteuses.

On pénètre dans une succession de petites pièces…

MOSTAR_7

MOSTAR_8Au sol des tapis kilim colorés…

Aux fenêtres des rideaux en coton immaculé bordé de dentelles… on pense  aux maisons visitées à Gjirokastër lors de notre premier voyage.MOSTAR_B

L’atmosphère est paisible malgré les visiteurs.

On est enchanté.

L’on poursuit avec un déjeuner sur la terrasse abritée d’un joli restaurant en face sur l’autre rive.

Cette journée démarre bien.

Puis nous regagnons notre voiture sans avoir été tenté par les marchands.

Un petit quart d’heure de voiture et nous entrons à Mostar.

MOSTAR_IOn s’arrête devant notre hôtel, le Motel Kriva Cuprija, légèrement en contrebas de la rue… jolie construction en pierre, bien intégrée dans le centre historique de Mostar (on est à 3 mn à pied du fameux pont)… une petite rivière coule à ses pieds.

Jolies chambres modernes et de bon goût. Mais on ne s’attarde pas et l’on va découvrir la ville.

On sort directement sur la rue qui constitue le bazar et qui est coupée par le fameux pont de Mostar.

Une arcade étonnante tant elle est haute… malheureusement l’original a été détruit pendant la guerre des Balkans et fort heureusement reconstruite grâce aux Fonds internationaux.

MOSTAR_J

On déambule au milieu des boutiques… les vendeuses sont souriantes et plutôt discrètes… on fait quelques emplettes avec plaisir sans avoir l’impression d’y être forcé.

Beaucoup de monde néanmoins qui se presse dans cette rue… mais un charme indéniable.

On quitte les lieux pour monter sur la colline. Beaucoup de maisons encore en ruines… des impacts de balles nombreux sur les murs qui rappellent que la guerre récente a été violente.

On dinera sur les bords de la rivière avec le pont dans notre champ de vision.

MOSTAR_H

Excellente journée.

Mercredi 9 septembre 2015

CROATIE

Ce matin, un dernier petit tour dans la rue du bazar… des petits achats de dernière minute pour faire plaisir autour de soi…

Et en route pour la Croatie… petit supplément non initialement prévu qui va permettre à l’une d’entre nous de réaliser le rêve de découvrir Dubrovnik.

Soleil radieux comme toujours… jolie route au milieu des vignes… et puis les postes frontières… ce sera notre pire passage de frontière… désagréable à la sortie de Bosnie-Herzégovine et franchement détestable à l’entrée en Croatie… forcés de se garer et d’attendre longtemps l’arrivée du policier avec un chariot pour y déposer nos bagages et les faire ouvrir un à un sous le regard intrigué des autres automobilistes aucunement inquiétés. On commence à être agacé… heureusement, ce sera la dernière fois !

Jolie route qui surplombe une grande vallée maraichère… puis on passe de l’autre côté de la montagne et c’est la mer qui miroite en contrebas.

Et puis on finit par arriver à Dubrovnik. Au loin sur la gauche loin en contrebas on repère le panneau de l’hôtel PEKA que l’on avait passagèrement fréquenté lors d’une croisière familiale en Croatie à l’été 2000… hôtel resté dans les mémoires sous le nom de Pet « caca »…

DUBROVNIK_1On trouve un parking pour se garer pas trop loin de l’entrée de la ville et l’on descend à pied une jolie ruelle ombragée de fleurs variées.

Et on arrive à l’entrée de la citadelle… devant une marée humaine qui entre et qui sort… on est un peu refroidi.

On va d’abord déjeuner sur la terrasse du restaurant juste en face. Contre toute attente, c’est bon et pas excessivement cher… et l'on peut admirer tranquillement les remparts.

DUBROVNIK_2

Et puis on pénètre dans la citadelle. Toujours beaucoup de monde… difficile de prendre du recul pour photographier un bâtiment…

DUBROVNIK_3

Les ruelles adjacentes sont remplies de boutiques de souvenirs ou d’objets de luxe.

On est un peu déçu… nos souvenirs n’étaient pas cela.

On ne restera pas très longtemps.

On reprend la route avec un dernier regard pour cette belle cité. 

DUBROVNIK_4

On se dirige maintenant vers la station balnéaire d’Herseg Novi au Monténégro. Encore un passage de frontière…

On arrive dans une baie très construite… puis dans un Resort de grand luxe… on se demande un peu ce que l’on vient faire là.

On s’installe… les chambres sont confortables, la piscine à débordement avec vue sur la mer appétissante… on repère la salle de bien-être avec l’offre de massages…

On verra bien de quoi sera fait demain.

Jeudi 10 septembre 2015

MONTENEGRO

HERCEG NOV_1Bonne nuit dans notre hôtel de luxe, le Sun Resort… on ouvre la fenêtre. Dommage pour notre journée de plage, il fait gris et moyennement chaud…

On décide donc de marcher sur la jetée et d’aller découvrir les alentours.

Plutôt joli le côté que l’on choisit car très peu défiguré par des constructions anarchiques.

Beaucoup de végétation et de fleurs.

HERCEG NOV_3HERCEG NOV_5

La statue de Saint-Jérôme, patron de la ville (du même acabit que celles de Cyrille et Méthode en Macédoine… on construit colossal dans les Balkans).HERCEG NOV_4

Un office du tourisme pas avare de renseignements ni de documentation. Et une boutique remplie de bijoux qui ravit la gente féminine.

HERCEG NOV_COn se dirige vers la citadelle en montant des marches nombreuses le long de la muraille.

 

On bifurque pour pénétrer dans la vieille ville par la porte de l’horloge.

HERCEG NOV_6

HERCEG NOV_7Et on arrive à une jolie place ombragée avec une église orthodoxe imposante (malheureusement fermée), l’église Saint Jérôme…

 

De belles maisons anciennes transformées en cafés…

HERCEG NOV_A

 

 

 

HERCEG NOV_9

 

Et une grande barque en bois un peu incongrue à cette altitude.

HERCEG NOV_B

On s’attarde pour admirer la vue sur la mer et les côtes d’en face.

Et on regrimpe à nouveau jusqu’à la citadelle au milieu d’une végétation méditerranéenne très dense.

HERCEG NOV_EBel endroit dénommé Kanli-Kula mais une fois encore « très restauré » (le ciment est bien visible et il semble que toutes les pierres ne datent pas du 14° siècle).

Une vue à 360° qui permet de voir le fjord que nous visiterons le jour suivant.

Une salle de spectacle a été emménagée au milieu…HERCEG NOV_D

 

On part ensuite à la recherche du monastère de Savina… on commence par monter la colline… on regarde la carte, on s’est visiblement fourvoyé.

On redescend et on prend le long de la grand-route puis on s’enfonce dans un endroit moins civilisé. On croit être arrivé devant un grand cimetière et un bâtiment religieux. Raté…

On continue sur une rue sans grand intérêt et on finit enfin par arriver à ce fameux monastère. On lira plus tard qu’il était à plus de 2 km de notre point de départ.

Gros édifice au milieu des arbres légèrement en surplomb de là où l’on arrive.

HERCEG NOV_F

On entre… l’intérieur est sombre… un moine orthodoxe est assis derrière un comptoir. Il ne bouge pas… on s’avance à pas feutrés… rien n’attire vraiment notre attention… on ressort un peu déçu sans avoir osé prendre des photos.

HERCEG NOV_GOn pénètre ensuite dans une petite chapelle attenante… plus intime… et vide… cette fois-ci on fera des photos.

 

HERCEG NOV_HHERCEG NOV_I

Un déjeuner sympa dans un restaurant de la jetée très excentré, personnel aux petits soins et un vin Monténégrin « Cabernet » très bien de la marque PlantazéHERCEG NOV_J

Retour à l’hôtel pour baignade, sauna et massage.

Et le diner du soir dans un restaurant typique excellent clôturera une journée finalement bien agréable.

 

 

Vendredi 11 septembre 2015

MONTENEGRO

HERCEG NOV_K

Un dernier regard pour la piscine en contrebas et l’on repart.

 

Quelques kilomètres le long de la côte et l’on prend le bac à Kamenari jusqu’à Lepetani  pour traverser plus rapidement le fjord (10 mn environ de traversée).

Charmante petite route en bord de mer…KOTOR_4

Un joli point de vue avec deux îles qui portent chacune un petit monastère dans la baie de Boka Kotorska…

KOTOR_2

KOTOR_3Et puis de charmants petits villages restés authentiques en bordure du fjord. La route est étroite… on la croirait en sens unique et il faut toute la dextérité de notre guide pour se faufiler quand un car arrive en face.

On s’arrête boire un expresso sur une terrasse ombragée en face d’un très beau Ketch anglais. Une grosse église surplombe l’endroit… elle est fermée, dommage !

KOTOR_7

On arrive finalement au fond du fjord à la ville de Kotor.

KOTOR_ABeaucoup de monde à l’entrée de la vieille ville (un peu curieux tout de même, cette grosse marionnette gonflable !)… il y a un énorme bateau de croisière en bout de quai qui déverse des flots de touristes… ce n’est pas le meilleur moment pour apprécier les ruelles et les petites places de cette cité médiévale renommée.

 

On pénètre dans la cathédrale Saint-Triphon qui est une des deux cathédrales catholiques du Monténégro, mélange d’art roman et d’art gothique. 

KOTOR_GLes fresques (du 14° siècle)  ont quasiment disparu sauf dans quelques parties voutées.

Un baldaquin blanc impressionnant surmonte l’autel.KOTOR_E

 

 

Des ruelles, des maisons qui auraient besoin de restauration…

KOTOR_NEt une basilique orthodoxe récente impressionnante par ses proportions et par les portraits religieux qui décorent l’intérieur.

KOTOR_O

 

La foule gâche un peu notre visite mais on pourra dire que l’on a vu Kotor.

Et l’on fait route vers notre destination finale du jour, la ville de Buvda.

On gare la voiture et l’on traverse un marché de souvenirs sans intérêt. On a faim et l’on se pose sur la première  terrasse en bord de mer qui s’offre à nous. Un garçon empressé nous apporte les cartes. On choisit le vin Rosé de Plantazé. Il nous apporte autre-chose et s’apprête à le déboucher en nous ventant ses mérites. On a toutes les peines du monde à l’en empêcher et à obtenir le vin initialement commandé qui valait la moitié du prix. On commence à s’agacer.

Après déjeuner, on part à pied vers la vieille ville sur la jetée qui borde les plages privées bondées de monde et pas particulièrement jolies. Quelque-chose de la Costa Brava d'il y a 40 ans. On se demande ce que l’on fait là.

Heureusement la vieille ville garde un certain charme avec ses petites ruelles proprettes.

BUDVA_1

BUDVA_3Une jolie place avec plusieurs églises… mais on commence à être lassé de visiter des églises.

BUDVA_4BUDVA_5

On monte sur les remparts… il faut payer, y compris le guide… on recommence à s’agacer.

Et l’on décide de gagner notre hôtel. Notre chauffeur se perd dans les rues hautes de la ville nouvelle et on finit par atterrir devant la Vila Perla de Mar… encastrée entre deux bâtiments dans une rue commerçante. On a du mal à faire bonne figure d’autant plus qu’il est prévu que l’on dorme deux nuits dans ce lieu.

Il faut monter à pied quatre étages (102 marches !) pour atteindre deux chambres propres mais pas au standing prévu par le contrat. On décide de chercher un autre hôtel pour le lendemain soir et ce, à Cetinje, lieu de notre visite du lendemain. On trouve l'hôtel Monte Rosa dans un parc national.

On rejoint notre chauffeur pour aller à la plage.

On choisit une plage loin de la fureur et du bruit mais loin, tout court, à pied. Elle est sale… on dit à notre guide que l’on ne veut pas revenir à Budva demain soir et on lui montre l’hôtel que l’on a trouvé. Il réserve des chambres sans discuter.

On dînera au pied de la vieille ville dans un restaurant italien correct et on oubliera  les désagréments de la journée.

Samedi 12 septembre 2015

MONTENEGRO

On se lève après une nuit correcte dans cet hôtel qui ne nous plait pas.

Et cap  Nord  Est vers Cetinje par une route montagneuse. On aperçoit Budva en contrebas… mieux de loin finalement.BUVDA

Le paysage ressemble à nos garrigues…

On arrive dans une charmante bourgade au charme provincial au cœur des montagnes… des maisons colorées, de la verdure. On est d’emblée séduit.

On commence par la rue des ambassades… plus exactement, la rue des anciennes ambassades construites à la fin du 19° siècle.

CETINJE_1Au coin de la rue, l’ambassade de France… incontestablement et sans chauvinisme aucun, la plus belle, avec ses carreaux Art Nouveau.

On continue dans la rue bordée de tilleuls… et on s’attarde devant chaque bâtiment souvent à l’image du pays concerné.

Et puis, on se dirige vers le Musée National du Monténégro situé dans un magnifique bâtiment ocre jaune du plus bel effet.

CETINJE_8

Au 1° étage, le musée historique… très belle scénographie…

CETINJE_9Des vitrines regorgeant d’objets depuis la préhistoire…des costumes militaires…des photos des membres de la royauté Monténégrine…

On est quasiment seul dans cet endroit chargé d’histoire… on regrette  juste le manque d’explications en anglais.CETINJE_B

Juste une gravure en français un peu incongrue ici : la vertu surmonte tout obstacle… ainsi par la vertu s'élèvent les héros 

CETINJE_D

Et l’on monte un étage pour découvrir le Musée d’Art… là aussi, les salles d’un blanc immaculé regorgent de tableaux d’artistes Monténégrins… on ne les connait pas mais on apprécie ce qui est sous nos yeux… et l’on voit que les mêmes courants picturaux ont irrigué l’Europe entière depuis 150 ans.

On ose des parallèles avec des artistes que l’on connait bien

Branco Filipovic Filo avec Jackson Pollock

 

Kosta Milicevic avec certains de nos impressionnistesCOSTA_MILECEVIC

 

RUDOLPH SABLICRudolf Sablic avec Modiggliani

 

Dans chaque salle, une sculpture… on tourne autour… on aime.

On est étonné de trouver un musée de cette qualité dans cet endroit perdu mais c’est oublier un peu vite que Cetinje était la résidence royale et  a été la capitale du Monténégro jusqu’entre les deux guerres.

On sort, enchanté…

CETINJE_JDes pelouses bien vertes, de grands arbres… on est en altitude… l’air est frais… on revit.

On jette un œil sur le monastère de Cetinje

CETINJE_I

 

 

Puis on se dirige vers le Palais Royal d’un beau rouge grenat… qui conserve son ameublement d'antan.

CETINJE_K

On se raccroche à un groupe de visiteurs de la croisière du Ponan et l’on profite ainsi  des explications éclairantes de leur guide monténégrine sur  la vie de la famille de Nicolas 1°  et Miléna avec leur progéniture

Diapositive1

On entend parler du 2° souverain de la lignée, le dénommé Petar II que l’on retrouvera plus tard dans la journée… ce prénom nous met en joie.

Et aussi d’Emmanuel Philibert de Savoie (marié avec l’actrice Clotilde Courau) dont l’arrière-grand-mère, Hélène d’Italie,  était la fille de Nicolas 1° de Monténégro.

Jolie demeure confortable et de bon goût (de l’époque)… où l’on sent une certaine douceur de vie. C’est émouvant. Dommage, les photos sont interdites !

On sort déjeuner à l’abri de la foule dans une rue adjacente.

Et l’on part vers le parc national de Lovcen, vaste étendue montagneuse qui culmine à 1600 m… on monte dans le calme et la verdure… on paye chacun  2 € pour entrer dans le parc… Armand, notre guide râle…

MAUSOLEE_5

HOTEL_MONTE_ROSAEt l’on finit par arriver à l’hôtel Monte Rosa planté au milieu d’une prairie avec les montagnes en arrière-plan… on est ravi… c’est mille fois mieux que la Vila de la Perla Del Mar de Budva !

 

On s’installe et l’on repart en voiture vers le sommet pour visiter… le tombeau du fameux Petar II, poète, philosophe, souverain et prince-évêque du Monténégro  de 1830 à 1851

MAUSOLEE_3Et ça se mérite… il faudra monter plus de 400 marches pour arriver à l’entrée du mausolée érigé pour contenir sa dépouille…

Un bâtiment d’architecture communiste (de l’époque de Tito) pas franchement beau.

MAUSOLEE_2

On pénètre dans une pièce occupée par une énorme statue de marbre noir représentant un aigle abritant Petar II, pensif…MAUSOLEE_6

Le plafond est une mosaïque dorée… on pense aux égyptiens…

D’autant plus que l’on descend dans une petite crypte renfermant un sarcophage de marbre blanc abritant la dépouille du monarque.

MAUSOLEE_4

On remonte vite… c’est un peu étouffant.

A l’extérieur la vue est époustouflante : d’un côté une mer de montagnes à perte de vue, de l’autre côté la vraie mer que l’on devine malgré la brume de beau temps.

MAUSOLEE_1

On redescend les marches après avoir pris un grand bol d’air pur.

On finit la journée dans la piscine… que voilà une belle journée !

Dimanche 13 septembre 2015

ALBANIE

Avant-dernier jour de périple dans les Balkans.

Il est temps de retourner en Albanie. On traverse Podgorica, la capitale actuelle du Monténégro… on s’arrête pour découvrir les vieux quartiers… on marche dans une ruelle qui ressemble à celle d’un village sans intérêt particulier… on arrive à une grande rue… on ne voit rien de spécial… on repart, dépité.

On pénètre en Albanie par une grande plaine… au loin sur la droite le lac de Shkodra, immense qui appartient pour partie à l’Albanie et pour partie au Monténégro.

La chaleur étouffante est de nouveau là. On s’arrête boire un expresso dans un restauroute ombragé… 

On repart et on arrive sans encombre à Shkodra, le centre économique du Nord de l’Albanie, vieille de plus de 2 000 ans.

SHKODRA_4Pour l’heure, on a juste envie de se restaurer dans un endroit ombragé. Notre guide nous conduit au bord du fleuve et l’on prend place sur une table abritée par un velum au milieu des fleurs.

Des poules naines entourées de leurs poussins et des canards se promènent sur les pelouses. On fait face à la colline qui porte en son sommet l’immense citadelle de Rosafa.SHKODRA_2

Déjeuner de mezzés, c’est ce que l’on préfère

SHKODRA_3

et l’on essaye un vin albanais. Pas mal…SHKODRA_1

 

SHKODRA_5Puis on rejoint notre hôtel, Tradita G & T… ravissante maison en bois du 17° siècle déployée autour d’une grande cour, des objets artisanaux à l’intérieur… on sera inégalement servi en confort de chambres… mais on apprécie le charme indéniable de l’endroit.

En fin d’après-midi, une fois la chaleur étouffante passée, on ira découvrir la ville.

SHKODRA_6La cathédrale catholique Saint-Stéphane construite à la fin du 19° siècle… immense et remplie de fidèles, beaucoup de jeunes, qui ânonnent un sanctus à tous les saints… on admire le plafond cloisonné et peint, œuvre des artisans locaux.

SHKODRA_7

 

 

Puis on se dirige vers une rue entièrement réhabilitée grâce aux Fonds Européens…

jusqu’aux façades sans maison derrière… les travaux récents mériteraient déjà des retouches…

Une visite à la mosquée moderne Ebu Bker… intérieur blanc avec des dessins turquoise… très pur, très beau.

Et l'on essaye de prendre une photo simultanée des 3 lieux de culte des 3 religions avec beaucoup de difficultés.

SHKODRA_G

Puis on va prendre notre raki quotidien sur une terrasse branchée… autour de nous, peu de tables mixtes, les garçons sont entre eux, les filles entre elles… Cela rappelle la France provinciale des années 50.

Puis on va dîner dans notre hôtel de spécialités locales… de la cuisine traditionnelle parfaitement cuisinée , c’est exquis. 

Lundi 14 septembre 2015

ALBANIA

Et voilà, on est au dernier jour. On a l’impression d’être parti depuis plusieurs semaines.

Avant de quitter Shkodrë, on se lance à l’assaut de la citadelle de Rozafa (133 m dit le guide papier). Heureusement la voiture ne rechigne pas à grimper la côte.

ROZAFA_1On fait les derniers mètres à pied. Les cailloux sous nos pieds sont lustrés tant ils ont été foulés. On est seul ou presque.

On pénètre dans les lieux par un porche coudé, plus efficace pour se défendre. Ce lieu est occupé depuis l’âge de bronze… on le comprend car cela semble un lieu imprenable.ROZAFA_5

 

7 hectares, clos de murailles raisonnablement restaurées.

 

ROZAFA_6

 

 

La citadelle a été occupée jusqu’au 18° siècle comme l’atteste un bâtiment bien conservé.ROZAFA_4

La vue est, une fois encore, époustouflante… les cours d’eau s’étalent paresseusement sous nos yeux.

 

ROZAFA_3

 

On est ravi de cette visite… mais on fuit quand la citadelle est envahie de touristes chinois portant des masques pour se protéger du soleil…

On repart en traversant une grande plaine qui conduit à Tiranë.

La chaleur étouffante est de nouveau là. On s’arrête boire un expresso dans un restauroute ombragé… il y a un grand mariage qui se prépare, beaucoup d’invités, les jeunes femmes en robes longues, perchées sur des escarpins vertigineux, beaucoup de femmes âgées en costume traditionnel : pantalon blanc bouffant, une jupette blanche et tablier imprimé avec un fichu sur la tête… un tapis rouge, des fleurs à profusion à la manière des mariages américains.

Puis une demi-heure plus tard, on tourne à gauche pour remonter dans la montagne. On va à Krujë (on prononce « Crouille »).

KRUJE_1Jolie route au milieu des pins maritimes. On se croirait sur la côte d’azur. On monte à 900 m jusqu’à un petit village très escarpé.

On se gare et l’on prend la direction de la citadelle. Encore une ! Pour ce faire, on traverse une ruelle pavée de cailloux, bordée d’échoppes d’artisanat local. On est dans le vieux bazar à ciel ouvert très pittoresque… mais les vendeurs sont un peu agressifs… on se croirait dans le Maghreb.

On finit par arriver à la citadelle… moins grande que celle du matin de Skhodra… juste 2 ha.

KRUJE_2

Une porte Horloge, deux fontaines… et surtout un colossal bâtiment à la gloire du héros albanais, le fameux Skanderbeg, musée inauguré en 1988.KRUJE_3

KRUJE_5Les objets de la période illyrienne sont d’origine et bien présentés.

Ensuite tout ce qui concerne Skanderberg est reconstitué… très hagiographique… les Macédoniens ont Alexandre le Grand, les Albanais ont Skanderberg

KRUJE_4

On déambule  néanmoins avec plaisir dans ces lieux aérés et très didactiques.KRUJE_6

 

Malheureusement le musée ethnographique, considéré comme le plus beau d’Albanie, est fermé le lundi. Dommage !

Mais un déjeuner de mezzés sur une terrasse ombragée dominant la vallée nous comble… et une découverte le Vranac de Plantazé KRUJE_7

Retour sur Tirana dans l’hôtel Vila Alba que l’on retrouve avec plaisir.

Une dernière déambulation dans les rues que l’on connait bien maintenant et un excellent dîner à la Casa Di Pasta sur une terrasse devant le parc de la ville… une côte de veau aux artichauts exquise !

Retour le lendemain matin à paris à 10h15 par Transavia… facile et à l’heure !

En bref

En deux semaines, on a visité (rapidement certes) 6 pays : l’Albanie, la Macédoine, le Kosovo, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et le Monténégro avec Armand, guide albanais de l’agence Ecotour de Tirana… parlant parfaitement le français, gentil, plein d'humour, prévenant et facilitateur dans tous ces pays où les Albanais sont très présents.

Passionnant pour découvrir les Balkans… des églises orthodoxes, des mosquées, des musées… des paysages à couper le souffle… on a approché les conflits qui ont dévasté certains lieux et compris le terme journalistique de « Poudrière des Balkans ».

Très belles vacances…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>